De Fianar vers Tuléar

Tout le sud de Madagascar offre une grande variété de paysages aussi étonnants et atypiques, les uns que les autres. le mieux est de prendre un taxi-brousse et rouler le long de la RN7 entre Fianarantsoa et Tuléar.

Eglise à ambalavao

De Fianarantsoa…

Si vous avez quelques jours de libres lors de votre séjour, vous pouvez rester quelques jours dans la capitale du Betsileo (Fianar). Il existe des maisons d’hôtes à prix abordable pour un service de qualité dans le centre-ville. La nuitée coûte environ 8 euros, petit-déjeuner compris ; il faudra compter environ 5 euros pour un repas complet (entrée, plat et dessert). La ville de Fianarantsoa, fondée en 1831 par la reine Ranavalona Ière, est bâtie sur la colline Ivoenana. La ville porte bien son nom : Fianarantsoa (« là où l’on apprend bien »), puisqu’il s’agit d’une des villes qui comptent le plus d’écoles et d’églises. Il est intéressant de visiter les ruelles de la ville, avec ses commerces présents sur tous les bords de la route avec des fruits, légumes et autres céréales tels des guirlandes colorées. On y trouve également des plantes médicinales vendues sur les étals. Les vendeurs connaissent les utilisations respectives de ces plantes, et ils transmettront de bouche à oreille aux acheteurs, tel que le ferait un médecin avec son patient. Loin des bruits de voiture d’Antananarivo, Fianarantsoa est une ville accueillante, calme et agréable.

… vers Tuléar

– Le Parc National de l’Isalo à Ranohira

Il faut compter environ 300 km et 6 heures de route pour relier Fianarantsoa à Ranohira. Le « Colorado malgache » comme on l’appelle communément, consiste en un massif de grès érodé datant de l’ère des dinosaures ! C’est le Parc National de l’Isalo ! En plus des paysages atypiques, dignes des décors de film western, le parc offre une variété de paysages : canyons de profondeur variable, des déserts, des rivières, des grottes… mais également des piscines naturelles permettant des moments de baignade et de relaxation après les longues marches pour arriver sur les lieux. A l’intérieur du parc national, l’on peut encore admirer des lémuriens et des reptiles endémiques du pays. Ceux qui souhaitent dormir dans le parc trouveront facilement des espaces prévus pour faire du camping. Des guides sont à disposition des touristes. Le Parc National de l’Isalo, c’est également l’occasion d’apprendre plus sur la communauté, la culture et la vie de l’ethnie locale des Bara.

– Le massif de l’Isalo

Il faudrait faire une halte pour mieux découvrir et admirer les paysages magnifiques de l’Isalo. Il s’agit de plusieurs oasis et des piscines naturelles dans le massif de l’Isalo. Plusieurs sites offrent des vues panoramiques imprenables sur un paysage accidenté de roches colorées.

– La station balnéaire d’Ifaty

Toujours vers le sud de Madagascar, à 30 km au nord de la ville de Tuléar se trouve le village de Mangily. Ce dernier abrite également un des plus beaux endroits de Madagascar : la station balnéaire d’Ifaty. Ifaty, c’est surtout les plages de sable blanc et les eaux bleues turquoises, mais c’est également une grande variété de faunes sous-marines. Les visiteurs peuvent fréquenter quelques clubs de plongée à proximité, et découvrir la grande barrière corallienne d’Ifaty, qui se trouve être l’une des plus grandes au monde. Éponges de mer, jardin de corail, poissons multicolores, corons multicolores, baobabs, villages de pêcheurs Vezo… la station d’Ifaty est un site touristique avec beaucoup d’attraits.

– Anakao

Il s’agit d’un village de pêcheurs, indiqué comme étant un lieu de passage incontournable pour tous ceux qui descendent la  RN7. Cette contrée offre de nombreuses opportunités de découvertes, de visites et d’activités dépaysantes. Des petites îles telles que Nosy Ve et Nosy Satrana sont à visiter en pirogues : pas confortables mais inoubliables ! Cet endroit est également réputé pour la plongée pour admirer une faune et une flore avec des fonds sous marins vraiment exceptionnels. À une cinquantaine de kilomètres au sud, se trouve le parc national de Tsimanampesotsa, qui offre un paysage pittoresque avec son lac salé aux couleurs spectaculaires ainsi que ses somptueux baobabs. Avec un guide,vous pouvez voir et même de toucher les « poissons aveugles » dans les grottes.

– La ville de Tuléar

Tuléar, c’est tout d’abord une destination culturelle, où vous pourriez découvrir le musée océanographique ou encore le muséum de Tuléar. Dans le premier sont représentées la richesse et la diversité des fonds marins du canal de Mozambique ; tandis que le second propose la découverte des différentes ethnies de la région, notamment les Mahafaly et les Mikea. Par ailleurs, les nuits sont connues pour êtres branchées. Tuléar, la « ville qui ne dort jamais », la devise illustre l’engouement de la population locale pour les soirées dans les discothèques et les bars. Si le pays est reconnu pour le rythme de vie « moramora » (lent, sans précipitation), l’ambiance tropicale et rythmée est reine lors des soirées. Lors d’un séjour à Tuléar, quelques sites incontournables sont à visiter : la grotte de Sarondrano (piscine naturelle, mangrove, oiseaux endémiques…) ; le village de Saint-Augustin (falaises calcaires blanches, marais de mangrove, lémures, coelacanthe…) ; ainsi que l’Arboretum d’Antsokay (parc botanique de 40 ha, accueillant plus de 1 000 espèces qui se sont adaptées à la sécheresse : l’aloès, les euphorbes, les pachypodiums, le Commiphora, le Gobe Mouche, le Drongo, les tortues, les varans et les caméléons.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *