Préparer son voyage vers Mada

Avec ses bancs de sable blanc, ses plages paradisiaques, ses cocotiers, ses magnifiques îlots, ses lémuriens et autres orchidées, Madagascar est une destination à découvrir et à redécouvrir ! Mais, c’est également un pays aux conditions climatiques diversifiées et aux caractéristiques particulières, propres à sa faune et à sa flore endémiques. Voyager à Madagascar ne s’improvise donc pas. Un minimum de préparation est nécessaire pour profiter aux mieux de son séjour dans l’île Rouge.

Village des hautes terres

Quand partir pour Madagascar ?

Avec son orientation nord-sud, Madagascar subit des climats différents selon les régions. Tandis que la zone sud-ouest des Hautes Terres malgaches est pratiquement sèche tout au long de l’année, l’Est est plutôt humide 10 mois sur 12, avec l’influence des alizés et des pluies. Le côté nord-ouest de l’île est davantage sujet aux moussons. D’une manière générale, un séjour en terre malgachesest préférable entre les mois d’avril à novembre, avant l’arrivée des pluies en début du mois de décembre (il y a parfois des cyclones entre décembre et février).

A avoir dans sa valise

Vous avez choisi la date de votre séjour à Madagascar ? Maintenant, il vous faut penser aux indispensables administratifs et financiers. Bien entendu, vous n’oublierez pas votre passeport, celui-ci vous sera demandé pour tous voyages dans l’île. Côté budget, vous n’aurez pas besoin de disposer de beaucoup d’argent pour pouvoir vivre à Madagascar, le coût de la vie est très faible par rapport aux autres destinations touristiques. À titre d’exemple, un budget moyen est suffisant pour des repas copieux dans les meilleurs établissements de la Capitale ! Vous aurez besoin de beaucoup moins si vous prenez vos repas dans les petites gargotes. Quant à l’hébergement, le choix est également large. Il est tout à fait possible de louer une chambre avec le minimum de confort, que ce soit en ville ou en brousse.

Monnaie et change

Il est tout à fait possible de payer par carte bancaire dans les boutiques et établissements hôteliers de la Capitale. En revanche, il vous faut disposer d’argent liquide pour vos déplacements. Par ailleurs, même si l’Ariary (Ar) est la monnaie officielle, beaucoup de Malgaches afficheront des prix en FMG (francs malagasy). D’autant plus qu’il existe une grande différence entre la valeur de l’Ariary et la valeur de l’ancienne monnaie FMG (1 Ar = 5 FMG). Lorsque vous allez payer un service ou un produit, il est conseillé de compter en Ariary. Vous pouvez calculer la différence lorsque vous allez échanger vos devises en ariary dans les bureaux de change ou dans les banques (ils sont nombreux dans la ville). Des distributeurs bancaires sont disponibles dans les grandes villes.

Accessoires et santé

Madagascar étant un pays en voie de développement, les conditions d’hygiène et de santé y sont parfois inhabituelles pour les occidentaux, voire difficiles. Des précautions s’imposent pour éviter de contracter le choléra, la fièvre jaune ou encore le paludisme. N’hésitez pas à emporter un antipaludéen, et de vérifier que vous avez bien fait tous vos vaccins : contre les hépatites A et B ; contre le tétanos, la polio… Si le choléra touche principalement les couches les plus fragiles de la population malgache, il est toutefois conseillé d’apporter une petite boîte à pharmacie contenant de l’aspirine, de l’antiseptique, un anti-infectieux ainsi que des crèmes solaires. Je ne saurai que vous conseiller d’en discuter avec votre médecin traitant.

La sécurité dans les villes et en brousse

Le taux de criminalité à Madagascar est assez élevé, mais les informations données dans certains sites officiels ne reflètent pas toujours la réalité. En effet, si les bandits de grands chemins (dahalo) sont célèbres dans le pays, ceux-ci n’attaquent jamais dans les grandes villes, et encore moins dans la Capitale. La prudence est de mise pour les déplacements nocturnes, surtout dans la capitale. Les braquages à main armée et les cambriolages ont lieu dans des habitations aisées dans des quartiers résidentiels. Le nombre d’attaques contre des étrangers dans les villes reste bas, et le risque minime. Néanmoins, restez vigilant surtout à la tombée de la nuit.