Les animaux endémiques qui ne se trouvent nulle part ailleurs !

De l’étonnement à la fascination…

L’une des plus belles attractions de la Grande Île est sa faune qui n’a pas d’égal. En effet, à Madagascar vivent un certain nombre d’animaux rares et endémiques. Ils habitent uniquement dans la Grande Île, et nulle part ailleurs. C’est le cas de nombreux lémuriens qui ont choisi les forêts de Madagascar pour s’épanouir, ainsi que leur mystérieux ennemi le fosa… Dans ce royaume vert, de nombreuses autres populations vivent en cohabitation avec les lémuriens, se nourrissant de feuilles d’arbres ou d’arbustes… ou encore du plus petit que soi !

Au royaume des Lémuriens

Quand les humains n’avaient pas encore détruit les zones forestières de Madagascar, de nombreuses familles de lémuriens régnaient sur l’île. Les Lémurs Catta et les Indri ainsi que différents clans de lémuriens vivaient dans diverses régions de l’île, les uns le jour, et d’autres la nuit. Certaines populations comme les Ayes-ayes et les Microcèbes préféraient en effet trouver à manger la nuit, et coucher tout au long de la journée. Selon leur clan, les lémuriens se nourrissaient différemment : d’autres sont frugivores, folivores… mais ils étaient tous sympathiques avec leurs airs de peluches, avec leur belle fourrure. Et ils vivaient en harmonie, jusqu’à ce que les fosa fassent leur apparition !

La loi de la jungle…

Les fosa s’attaquaient aux lémuriens. Ils sont carnivores, ont la taille et la silhouette d’un gros chat, et surtout, ont de longues dents pointues. Le fosa est le plus gros mammifère carnivore de l’île ! L’espèce connue sous l’appellation scientifique Cryptoprocta Spelea, aujourd’hui disparue, avait même la taille semblable à celle d’un chien ! Leurs cousins Cryptoprocta Spelea, qui ont survécu jusqu’à maintenant, vivent aujourd’hui dans des parcs naturels comme celui d’Andringitra, chassant les nombreuses familles de lémuriens qui habitent les mêmes forêts qu’eux. D’autres, moins chanceux, vivent en captivité dans le parc zoologique et botanique de Tsimbazaza.

Les autres habitants de l’île

D’autres animaux endémiques habitent également l’île Rouge. Beaucoup essayent le mimétisme pour se fondre dans le paysage pour se cacher des prédateurs. C’est le cas des Caméléons. Les papillons, eux, déploient leurs ailes aux couleurs vives pour prendre l’apparence des fleurs de l’île. Le Comète et l’Argema mittrei adorent se montrer sur les fleurs au soleil, avec leur taille de plus de 30 centimètres ! D’autres espèces encore habitent dans les milieux humides : les grenouilles colorées. Plus d’une centaine de familles ont également choisi l’île pour profiter du climat et de la densité des forêts. Elles ont des colorations particulièrement vives et des morphologies singulières.

Aujourd’hui, les lémuriens, tout comme les fosa, sont menacés par un prédateur redoutable : l’homme ! Celui-ci détruit les zones forestières par milliers d’hectares chaque année, réduisant chaque jour la survie des lémuriens et de nombreux autres animaux.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *