De Tuléar vers Fort Dauphin : les portes du Sud

Le Sud de Madagascar offre une  grande variété de paysages singuliers et exceptionnels. Le voyage vaut vraiment le détour… à condition de pouvoir trouver à 4×4 à louer, parce que les routes ne sont pas toujours de praticable dans cette partie de l’île. La piste côtière du capricorne, le village des pêcheurs d’Anakao, la baie de Lokaro, la réserve de Berenty, l’Androy, les guerriers du Sud, les Makis, le domaine de Nahampoana, le parc national de Tsimanampetsotsa, la plage d’Ambola… cette région de Madagascar est l’une des plus riches en matière de sites touristiques.

Le bush du Grand Sud

La piste côtière du Capricorne

Faire le circuit de la piste côtière du Capricorne est une aventure ! Imaginez des sentiers, des routes accidentées, des dunes… et puis, un site magnifique ! des plages de sable blanc à perte de vue, quelques cocotiers aux abords… puis de grands espaces désertiques, des végétations squelettiques, la sécheresse … Puis, de nouveau une végétation, des routes carrossables, des rivières à traverser en bac ou à gué ; des paysages variés tirant un peu des décors de Western, le paysage étrange des fantsiholitra… La piste côtière du Capricorne garantit un voyage pas comme les autres, beaucoup de sensations… mais aussi beaucoup de poussière, peu de confort.

L’Androy

La région d’Androy est caractérisée par d’impressionnantes plantations de sisal industriel et de paysages désertiques formés de grès calcaires marins ou dunaires quaternaires. Certaines parties de la région sont si accidentées que l’on s’y retrouve que très peu d’habitants. D’ailleurs, le bas Androy (au sud) et le haut Androy (au nord) ne comptent qu’un peu plus de dix habitants au kilomètre carré ! L’Androy est appelé également le « Pays des épines », puisque la région est particulièrement connue pour ses trois espèces d’arbustes que sont le fantsiholitra (Alluaudia procera), le roy (Mimosa delicatula) et le raiketa (Opuntia dillenii) ou figuier de Barbarie. Le roy a donné son nom à la région et à ses habitants. Ces épines couvraient autrefois de grands espaces, et formaient de véritables haies inextricables, à tel point qu’elles aidèrent les Antandroy à résister à la colonisation. Ces raiketa assurent également la nourriture des habitants en période de disette et de sécheresse. Pendant la période de sécheresse, les Antandroy doivent parcourir des dizaines de kilomètres pour trouver de l’eau… qui n’est même pas potable. Compte tenu de ces conditions de vie, beaucoup d’entre eux se retrouveront dans la ville de Tuléar, où ils peuvent trouver du travail. Autrefois, les Antandroy étaient réputés pour être de grands guerriers courageux, et très attachés à leurs traditions ancestrales.

Le Maki : l’espèce emblématique de Madagascar

Depuis quelques décennies déjà, le lémurien est devenu le symbole de Madagascar. Il s’agit d’une espèce de endémique. On peut en trouver dans tous les parcs nationaux et réserves naturelles du pays, mais le célèbre Maki Catta, que l’on reconnaît avec sa queue en anneaux noir et blanc, habite surtout dans les forêts du sud de Madagascar. On peut également les observer dans les parcs nationaux comme le parc national de l’Isalo, le parc Zombitse-Vohibasia, ou encore la réserve privée de Berenty.

D’autres sites à visiter dans le sud de Madagascar

Pour découvrir les figues de Barbarie, une visite de Beloha, à une soixantaine de kilomètres de Tranoroa. Il est également très intéressant de visiter les mines de saphirs de Tsihombe ; ou encore de passer par cap Sainte-Marie pour faire des excursions en pirogue sur le lagon, admirer ou acheter des langoustes aux pêcheurs, faire des randonnées jusqu’au cap sud … Une visite d’Ambovombe Androy s’impose également, pour admirer la beauté des sagaies et chapeaux Antandroy proposés par les artisans de la région ; mais également divers objets en bois de rose ou des pierres fines. Un autre village regorge également de mines de saphirs, tout en étant grand producteur de sisal : c’est Amboasary-Sud. A l’est de cette petite ville se trouve encore le pont métallique construit par la société de Gustave Eiffel, celui qui enjambe le fleuve Madrare. A quelque 5 km d’Amboasary se trouve le musée de l’Androy, baptisé Arimbelo, ou « charbon de vie ». Le musée est installé dans une réserve naturelle, et retrace la vie quotidienne des Antandroy, l’histoire de la région, leurs artisanats, les grandes cérémonies, etc.

A la découverte de Fort Dauphin

Arrivé à Fort Dauphin, c’est le dépaysement ! Cette ville qui semble être le bout du monde affiche un paysage exceptionnel. Favorablement installée au pied du pic Saint Louis, la région de Faradofay ou Tolagnaro en malagasy offre de nombreux sites historiques et culturels, ainsi que divers endroits invitant à la promenade. La ville de Tolagnaro a su garder de nombreux vestiges de son passé d’ancien comptoir commercial lors de l’occupation de la ville par les Européens au XVIIe siècle. A visiter également le musée d’Anosy, les vestiges du Fort-Flacourt, les nombreuses réserves naturelles de la région, le lac Vinanibe, le lac Anony, ou encore la réserve de Berenty, notamment ses fameuses plantes carnivores et sa forêt d’épineux. Dans chacune des réserves naturelles de la région, les lémuriens attendent les visiteurs avec leurs yeux curieux. Pour trouver un peu de calme et de tranquillité, la réserve de Nahampaona propose une impressionnante cascade, une piscine naturelle, ainsi qu’une forêt de bambous abritant de nombreuses espèces faunistiques et floristiques endémiques de la région et de Madagascar.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *