Tana, la ville des milles et des 12 collines

Lors de la phase d’atterrissage de l’avion, à l’approche de l’aéroport international d’Ivato, la ville d’Antananarivo apparaît avec ses nombreuses constructions colorées.

La « Ville des milles » regorge de sites à visiter, notamment les vestiges du passé de ce pays. La signalisation est particulière, voire inexistante… ce qui frappent en premier lors du trajet vers le centre-ville, ce sont les gros 4×4 qui côtoient des charrettes à zébu ou tirées à la main ainsi que des taxis couleur beige, des  motos. Les piétons avancent à différents rythmes, mais généralement, c’est toujours en « mora mora », lent et doucement…

La ville haute

La partie haute de la ville d’Antananarivo est un endroit où l’on peut profiter d’une vue panoramique sur la Capitale et ses environs. C’est la zone qui abrite les marques du passé historique de Madagascar. Parmi les monuments historiques de la Haute Ville, on ne ratera pas le Palais de la Reine (le Rova), qui fut le lieu de résidence de nombreux souverains. L’enceinte du Palais de la Reine abrite le palais proprement dit, mais également d’autres monuments et constructions, des canons à boulet, la piscine du roi/reine, le temple protestant du Palais de la reine chrétienne Ranavalona II, etc. A l’entrée du Palais, est érigé un grand portail surmonté d’un aigle en bronze. Cet aigle était l’emblème de la royauté Hova- est un cadeau de l’Empereur Napoléon III à la reine Ranavalona 1ère. Le Rova abrite également les tombeaux royaux, le Palais du célèbre roi Andrianampoinimerina, le Palais Manampisoa, le Tranovola (maisons d’argent), ainsi que le  Palais de la Reine. Cette grande construction domine toute la ville d’Antananarivo, et est visible à des kilomètres à la ronde. C’est Jean Laborde qui l’avait fait édifier en 1839 pour la reine Ranavalona 1ère. Cette architecture a nécessité la mise en œuvre des technologies de l’époque. Le palais se distingue par son pilier central formé d’un seul tronc d’arbre en palissandre. Mesurant 39 mètres, cette pièce de bois fut transportée par des milliers d’esclaves pendant des semaines, depuis la région Antsinanana à pied. Initialement conçu en bois, le Palais fut plus tard protégé par une ceinture de pierres, œuvre du missionnaire James Cameron. Le Palais sera malheureusement incendié par des inconnus le 6 novembre 1995, mais les lieux restent accessibles au public, et de nombreux monuments ont résisté au feu.

A quelques mètres du Rova se trouve l’ancien Palais de Justice, ainsi que l’ancien Palais du Premier Ministre, reconstruit en 1985 après avoir été ravagé par les flammes en 1976. Ce Palais fut la résidence et le bureau du Premier Ministre Rainilaiarivony durant son mandat de 1864 à 1895. Le bâtiment fut construit par l’anglais William Pool en 1872. Cette construction a une structure particulière, avec un plan carré, avec quatre tours d’angle et une coupole vitrée au centre.

Tout autour du Palais de la reine se dressent des maisons de briques rouges de l’aristocratie Merina. Sur la ville haute est construit le temple FJKM protestant, érigé en mémoire de la première martyre Rasalama. C’était la première chrétienne exécutée en 1837 sous l’ordre de la reine Ranavalona 1ère. Le temple est érigé sur le lieu de son exécution, ainsi que de six autres personnes. L’architecte James Sibree a assuré la construction du temple, qui fut inauguré en 1868.

Tana

Autres sites à voir à Antananarivo

Pour découvrir la vie quotidienne des Malgaches, il est intéressant de faire un tour dans les quartiers d’Analakely, d’Isoraka, d’Isotry, d’Antaninarenina ou encore de Mahamasina. A quelques centaines de mètre de Mahamasina se situe le Parc zoologique et botanique de Tsimbazaza. C’est le plus complet en termes d’espèces faunistiques et floristiques de Madagascar, avec ses lémuriens, chameaux, crocodiles, iguanes, geckos, caméléons, mangoustes, moutons, chèvres, tortues, serpents… ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux comme la Sarcelle de Bernier (endémique du pays), le faisan doré, le paon bleu, l’autruche, les canards à bosse, l’ibis huppé… On y recense également un très grand nombre d’espèces végétales, dont de nombreuses espèces rares, des orchidées endémiques de Madagascar, mais aussi des kalanchoe, des aloès, et beaucoup d’autres espèces.

Par ailleurs, Antananarivo dispose d’autres parcs, notamment le Lemurs Parks (un parc de lémuriens), le Croc Farm (la ferme des crocodiles). Le musée national de géologie à Ampandrianomby vaut également le détour avec ses 27 000 espèces de minerais et de minéraux. Les puristes apprécieront la grande carte géologique de la Grande Terre en relief.

Dans le quartier d’Analakely au centre ville trône aujourd’hui l’hôtel de ville rénové en 2010. Ce bâtiment fut construit en 1936, et détruit 36 ans plus tard  à l’occasion des manifestations populaires de 1972.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *